Association Yves Le Febvre > AYLF Petite enfance > Une crèche sur-mesure le samedi
La creche « Du jeu au je », quartier Saint-Honoré, est désormais ouverte six jours sur sept.

La crèche multi-accueil Du jeu au je de l’AYLF – petite enfance ouvre ses portes le samedi à partir d’aujourd’hui. Elle accueille vos rejetons le temps d’une heure, d’un après-midi ou la journée entière entre 8 et 20 heures. Une très bonne nouvelle pour tous ceux qui travaillent le samedi, doivent faire face a un imprévu ou tout simplement désireux de se reposer. Les enfants seront pris en charge par un personnel qualifié avec des tarifs sans surprise, réglementés par le barème de la CAF, en fonction des ressources et de la composition familiale.

Des berceaux libres pour les entreprises

La crèche Du jeu au je. flambant neuve, a été concue selon les trente années d’expér‘ience de Florence Courcol. la directrice, qui a pensé une architecture innovante. Elle a réussi le pari de concevoir un espace où les enfants se sentent épanouis. Du jeu au je n’oublie pas que pour que les enfants soient sereins, il faut que les parents le soient égalernent.

«j’ai croisé vu des families dont au moins un membre travaille en horaires décalés, explique Florence Courcol. Souvent, l’un des parents est contraint de cesser son activité professionnelle.  Et malheureusement c’est le plus souvent la femme qui se sacrifle. »

En ouvrant en horaires décalés, l’établissement pense également aux familles monoparentales. Les enfants arrivant a 6 heures en semaine peuvent venir en pyjama, et ceux qui partent a 22 heures auront cliné, seront lavés et changes pour la nuit. Pour le moment, la crèche essuie a peine les plfitres mais a terme, les conditions d’accueil ne cesseront d’évoluer. En semaine, la liste d’attente est longue pour les particuliers mais il reste des possibilités le samedi. La crèche dispose de 40 berceaux en tout. La Ville d‘Amiens en a loué 15. Certains autres ont été loués mais des places sont encore libres pour les entreprises.


Article tiré du Courrier Picard du 07/03/2018

téléchargez l’article